France Télécom : derrière Lombard, l’ombre de Breton

Publié le par GameTheory





         Il fut un temps où Didier Lombard n’était pas PDG de France Télécom. On parlait alors plus de dette que de suicides, de cessions d’actifs que de mal-être au travail, de recherche de cash que de « pêche aux moules ». Un énarque bon teint à brushing poivre et sel -Michel Bon- avait légué 70 milliards d’euros de dette à une brute épaisse à tignasse virevoltante  -Thierry Breton. Certains mobiles Orange affichaient encore Itineris ou Ola, Orange Business s’appelait Equant, on enterrait les derniers Tam-Tam et autres Tatoo en regardant des pubs SFR avec Marcel Desailly. C’était il y longtemps, enfin, un peu, enfin, pas tant que ça. C’était en 2002.

 


          Sept ans plus tard, la vindicte populaire s’emploie à lyncher Didier Lombard. Les arguments se défendent : une vingtaine de suicides dans le groupe, des salariés de FT qui se font hara-kiri en pleine réunion, une communication où le grotesque («la pêche aux moules ») le dispute à l’indécent (la « mode des suicides »), un manque évident d’empathie à son déplacement à Lannion. Tout cela est vrai, et ce n’est pas la grande prêtresse en communication du groupe, Caroline Mille, qu’on avait déjà vu à l’œuvre avec l’inénarrable ex-patron d’Alcatel Serge Tchuruk, chantre de l’ « entreprise sans usine » et sans bénéfice, qui va passer du baume sur les plaies.

 

 



 

          Mais enfin, mes enfants, mais enfin. Dans son empressement légitime à éviscérer les coupables, la vindicte populaire en question oublie un peu vite un homme, qui se garde bien de se rappeler au bon souvenir du grand public. Un homme pourtant au centre d’une politique managériale que Lombard n’a fait que poursuivre, et j’oserais même dire, un peu ramollie : Thierry Breton, actuellement patron de la société de services informatiques Atos Origin, boîte qui est un peu au CAC40 ce que Pierre Laigle était à l’équipe de France : un cadre de l’équipe A’.


 

          Thierry Breton, c’est une école de management à lui tout seul. Ni X, ni énarque, mais héritier fidèle d’un gourou de la spécialité, l’ex-patron de Bull et de CarnaudMetalBox Jean-Marie Descarpentries, théoricien de la « conduite du changement dans l’entreprise ». Breton, chez Bull et Thomson, avait appliqué les méthodes du maître, quelques litres de testostérone en plus : management par la peur au mieux, par la terreur au pire, plans pluriannuels avec objectifs chiffrés intenables ou presque, grand ménage de ceux qui résistaient où dont la ganache ne lui revenaient pas. Soit l'exact inverse du titre de son polar, Softwar, littéralement "guerre douce".

 

 


 


          Nommé à la tête de FT en 2002 pour redresser le groupe suite à la gabegie des années Bon, il ne change pas son style d’un iota. Le plan « Ambition FT 2005 » claque comme un coup de trique : 15 milliards d’euros de cost killing, dont 6 confiés à Louis-Pierre Wenes, le directeur des achats dont Lombard fera son numéro deux ; humiliation publique des patrons de filiale lors d’un séminaire où ils se font aligner un par un sur une scène devant leurs camarades tétanisés ; 22 000 suppressions de postes en trois ans ; enclenchement de la politique de départs, volontaires au départ, et qui le seront de moins en moins le temps passant. Il n’y avait qu’à voir le soulagement de beaucoup au siège de la place d’Alleray lorsque Breton annonça sa nomination à Bercy en 2005.


 

C’est à cette époque que sont plantés les germes de la crise actuelle. Didier Lombard, le DRH actuel Olivier Barberot, Louis-Pierre Wenes ? Tous des Breton Boys. Lombard est loin d’en être le plus sanguinaire, mais il sait étêter le N-1 façon coupe-coupe : Michel Combes, Didier Quillot, Jean-Noël Tronc, Julien Billot, Olivier Sichel, toute la troupe de quadras des années Bon est décimée pour faire place à des mollassons qui ne le contestent pas (le directeur stratégie Georges Penalver) ou des bourrins débarqués de AT Kearney (Louis-Pierre Wenes).

 

 

 


          Non, Lombard n’est pas un monstre. Pas non plus le stratège dont il aime à endosser le costume, malgré son passage à le direction de la stratégie du ministère de l'Industrie : il a surpayé les droits du foot pour quelques dizaines d’abonnements à sa chaîne, et failli racheter au prix fort l’opérateur scandinave TeliaSonera à quelques mois de la crise. Non, Dédé est avant tout un ingénieur, un technicien. Un type qui, dans sa jeunesse, aurait vendu père et mère pour diriger le CNET, le machin R&D d’où sortira notamment le Minitel.


 

Pas un mauvais bougre, Dédé, pas un grand humaniste non plus : un homme obsédé par la technologie, capable de disserter des heures sur son Technocentre, sur son Explocentre, sur sa LiveBox spécial Pologne, sur son mobile-qui-fait-télécommande. Un bonhomme arc-bouté sur ses objectifs, dont il étudie l’avancement en conseil d’administration en y adjoignant des flammes vertes (accompli), orange (en cours) ou rouge (urgence). Un patron aux airs de patapouf capable de lâcher son pote Wenes en rase campagne pour sauver sa tête pour encore quelques mois. Un homme qui ferait bien de larguer au plus vite les derniers relents de politique Breton.


 

 


Publié dans Grands fauves

Commenter cet article

couroux 15/12/2009 17:31


Pendant que sieur Breton passé de dirigeant de SSII (services informatiques) -voir convention SYNTEC- à Ministre de Bercy, il a permis que 80 consultants MOA -maîtrise d'ouvrage- salariés d'ATOS
ORIGIN, cad pas de simples écrivain de code- pompent l'info et organisent tout le système fiscal -Copernic- à l'inverse de ce qu'il était fut un temps. On sait tout sur chacun. Mieux qu'edvige.

Et ses bons offices ont trouvé grande reconnaissance depuis 2008 redevenu grand manitou SSII. ATOS ORIGIN !


Abri 24/11/2009 02:01


Encore ?


dissertation 07/11/2009 08:38


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!


yoye2000 27/10/2009 17:47


Et donc, ce gars là a été nommé à l'économie, symbole du manageriat conquérant à la française.. Et on a une idée de ce qu'il y a fait précisément, mis à part être confondu de temps en temps avec
Borloo au niveau de la dégaine ?


GameTheory 19/10/2009 19:39


Merci Tilly

On verra bien si le très politique Stéphane Richard arrive à rompre avec cette période. Il y a du boulot...