Cinq bides pour 2010, épisode 4 : l’imposture Estrosi

Publié le par GameTheory



http://www.newsnours.com/estrosi.jpg          Nom : Estrosi. Prénom : Christian. Profession : « ministre de l’Industrie », clame son CV sur le site web de Bercy. « Imposteur », corrigent les familiers de son bureau de Bercy, patrons et syndicalistes confondus. Avec son sourire de bellâtre azuréen et sa coiffure de Playmobil, Estrosi a vite appliqué les préceptes de l’Evangile selon Sarko : un melon sur-développé, beaucoup de bruit, peu de résultat. En y ajoutant, soyons honnête, une innovation majeure : avec lui, les poissons d’avril, c’est tous les jours.

 

« 95% de chances de sauver Heuliez » ? Rascasse d’avril. « 400 emplois pour les New Fabris » ? Marlin printanier. «  La suspension des achats des constructeurs automobiles français à Molex » ? Thon rouge des Rameaux. C’est plus fort que lui : Estrosi cultive les promesses comme d’autres les bonzaïs poivriers. Dans les usines, les salles municipales, au JT, ou dans les dizaines de communiqués dont son cabinet inonde les rédactions. Des promesses « qui seront tenues », des engagements « solennels », des investissements par millions, des repreneurs turcs, kirghizes ou turkmènes au portefeuille bien garni.

 

 

 http://www.24heures.ch/files/imagecache/468x312/story/7_feu.jpg

 

 

 

 

On connaissait « Motodidacte », son surnom (avec "Bac moins 5") en référence à son absence de diplômes et son passé de coureur de Grand Prix Moto, en bon réac niçois. Militant pour le rétablissement de la peine de mort en 1991, jusqu’à déposer une proposition de loi en ce sens. Hostile au PACS, jusqu'à s’en donner des ulcères. Rapporteur de la sinistre loi de sécurité intérieure. Prêt à louer un jet d’affaires Falcon 900 à 138 000 euros pour un Paris-Washington, histoire de ne pas rater une petite sauterie sarkozienne à l’Elysée. Capable de s’en excuser, puis de revenir sur ses excuses suites aux remontrances du « grand Mamamouchi à talons compensés » (© Georges Frêche, humoriste occitan).   


Voici donc Estrosi reconverti en « ministre des ouvriers ». Le héros de la dernière chance, seul capable de «  substituer au chœur des pleureuses le chœur des combattants.» Eh bien, disons-le tout net : pour le San Ku Kaï du made in France, on repassera. Prenez Molex, dont le ministre voulait faire « un dossier de référence». De fait, l’équipementier automobile basé à Villemur-sur-Tarn sera été une belle illustration de la patte Estrosi : 15 salariés véritablement repris par le fonds d’investissement américain HIG, plus une trentaine à terme mais sans garantie, sur un effectif initial de 283 salariés. Le tout sous perfusion d’argent public, avec 6,6 millions d’euros apportés par l’Etat. Une « référence », effectivement.

 

http://static.blogstorage.hi-pi.com/photos/kybezki.rmc.fr/images/gd/1251384733/PAS-DE-PRIX-LITTERAIRE-POUR-ESTROSI.jpg

 

Mais il y a plus goûtu. 31 juillet 2009 : l’équipementier auto New Fabris ferme son usine de Châtellerault. 366 salariés au tapis, mais un ministre qui claironne : «Nous avons signé pour l’installation d’une papeterie qui est en train de créer 240 postes de salariés dont un grand nombre, grâce au contrat de transition professionnelle, d’anciens salariés de New Fabris sont en train d’être reclassés dans cette papeterie.» Comme l’a judicieusement dévoilé Libé, les premiers travaux ne sont prévus que pour 2011, l’usine de papier n’ouvrira qu’en 2014, et l’entreprise en question, Delipapier n’a pas le droit, et encore moins l’obligation, d’embaucher les New Fabris plutôt que d’autres candidats. Encore une belle truite saumonée façon niçoise. 

 

  

On pourrait continuer longtemps. « Non, nous ne laisserons pas la Clio 4 être produite en Turquie » ? Loupé : Renault en produira une partie en France, et le reste chez Atatürk. « Non, la raffinerie de Dunkerque, ce n'est pas fini  » ? Nouveau bide: Total a annoncé la fermeture du site le 8 mars. Quant au fameux « Bill Gates turc », Alphan Manas, énième repreneur fantôme du carrossier Heuliez, « une très belle nouvelle pour Heuliez et ses 600 salariés » selon Estrosi, le bonhomme s’est contenté de déposer hier une pseudo-offre sur 15% du capital avec deux partenaires anatoliens connus de leur mère. Pas de doute : Estrosi est manifestement plus doué pour poser avec Robert de Niro à Nice que pour sauver des usines. Chacun son truc, Cricri.


 

http://bolq.liberation.fr/id/127470

 

 

 



Publié dans Attentats

Commenter cet article

lg 16/04/2010 11:07


On a oublié aussi la video où il nous explique que Obama a tout copié sur la campagne de sarkozy, il lui devrait pratiquement son élection. Remarquez que si dire des conneries pareilles le calme,
au moins il n'a pas les effets secondaires des tranquilisants. Je sais, je sais, une certaine Ségolène aurait insinué le même genre de truc, mais elle on ne l'a pas loupée !!!


RST 02/04/2010 17:05


Il ne déparait pas trop dans le paysage à côté des Lefebvre, Morano, Besson, Dati …


GameTheory 02/04/2010 11:16


@Room1 Effectivement, le bonhomme mérite une stèle.

@Godilhaire Personnellement, je n'aurais pas de problème à voir Nice redevenir indépendant. A condition qu'Estrosi suive


Godilhaire 02/04/2010 07:58


A Nissa, tot es blau !
(à Nice tout est bleu - pour ceux qui ne savent pas le nissart)
Faut-il aider les séparatistes nissarts pour qu'ils récupèrent l'indépendance volée par les Français en 1860 (trente années après l'arrivée de l'Algérie française dans les frontières naturelles du
régionalisme national-expansionisme parisien). D'ailleurs des communicants bleus de Nissa parlent de "rattachement", alors de Garibaldi a bien indiqué qu'il s'agissait d'une annexion, ce qui est
légèrement plus vrai. Mais les communicants peuvent aussi faire dans le national-imperialisme !


room1 01/04/2010 16:04


Sans oublier la phrase culte sur la Poste : "elle reste à 100% un établissement public avec les petites voitures jaunes"

Et les larmes derrière Mireille Mathieu, le soir de l'élection de son maître.

Et les coquilles sur Twitter. Et les explications vaseusement dix-huitiémistes.

Et le débat sur l'identité nationale, quien 1940 aurait pu "éviter l'atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne"...

Ce mec est une idole.