LeWeb08, aréopage blanche

Publié le par GameTheory

        

         Incroyable. Truc de dingue. Revolución, caramba, revolución. Je viens de lire le programme du Web08, le grand barouf annuel des start-uppers-disruptifs-à-Mac-qui-clignotent, et franchement, les bras m’en tombent. Que d’innovation, diantre. Que d’audace, sapristi. Que de nouveautés, foutrebleu. Le brillant reportage infiltré qu’avait consacré Sobiz à la précédente édition semble bien loin, cette édition, aujourd’hui 9 décembre et demain 10 décembre, promet de casser nos repères et briser nos certitudes.


 

          On a beau chercher, rien ne respire le déjà-vu, non, vraiment rien. Et surtout pas Loïc Le Meur, l’égotiste organisateur à micro-casque, Monsieur Loyal vénéré qu’il est bon d’alpaguer dans les coulisses en espérant un coup de main financier pour son site disruptif. Ledit Le Meur a une particularité, le programme officiel en fait foi : il ne fait pas des interviews de ses invités, il fait des « fireside chats ». Rien à voir, les gars : l’interview, c’est pour le journaliste old school, veste en velours marron, cheveux gras et pellicules apparentes.


 

Non, le web-entrepreneur disruptif, lui, il chatte avec son guest au coin du feu, comme le président Roosevelt en 1933 à la radio. Ca a quand même plus de gueule. C’est comme le communicant : quand il cause avec toi, il ne parle pas, il échange. Il n’est pas efficace, il est efficient. Et quand il n’est pas content, il parle de « speech déceptif », plutôt que d’ « intervention à chier ». C’est plus joli, et ça pose son homme. Parenthèse terminée.

 


            Et les invités ? Parlons-en des invités. Du lourd, de l’inédit, du surprenant. Du Marc-Simoncini-fondateur-de-Meetic –olé-, du Pierre-Chappaz-fondateur-de-Kelkoo –olé-, du Pierre-Kosciusko-Morizet-de-PriceMinister –hiha-, d’aimables papys se piquant de high-tech, le PDG de France Telecom Didier Lombard et celui de Publicis Maurice Lévy. Quoi d’autre ? Ah oui, du capital-risqueur connu de sa mère, un sous-ministre qui porte la trahison sur son visage, Eric Besson, la furie de Google nommée Marissa Mayer, et plein de gens dont on peine à comprendre le job exact : un « resident geek », un « chief ideologist » et diverses autres joyeusetés terminologiques. Histoire d’habiller le fait que ce business internet fait encore bien plus mousser les egos que les comptes de résultat.




         Alors, il y aura des poufs moelleux, plein, des gens dessus avec l’air concerné et les yeux cernés de ceux qui révolutionnent le monde sur leur Macbook à autocollants, de la langue de bois, des bons sentiments, deux-trois choses intéressantes, quelques sites à découvrir, et beaucoup d’insupportable blabla de boutonneux qui se la racontent. Un salon, quoi.



        A regarder en direct ici :







 


Publié dans Attentats

Commenter cet article

adeline 12/12/2008 10:57

Bonjour,
Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...
Adeline Responsable communication adeline@paperblog.com