Aérotrain d'enfer

Publié le par GameTheory


 


     C'est l'histoire d'un type qui aimait les coussins d'air. Beaucoup. Et les engins qui flottaient dessus. Passionnément. Il y pensait jour et nuit, Jean Bertin, à ses étranges prototypes voletant quelques centimètres au dessus du sol grâce au principe dit de « l'effet de sol ». Et cet X en avait inventé une palanquée, avec son équipe d'ingénieurs : les Terraplanes, des aéroglisseurs terrestres. Les Naviplane, leurs homologues marins. Et l'Aerotrain, qui aurait pu en faire l'inventeur de la grande vitesse ferroviaire. Et qui n'en a fait qu'un loser magnifique aux 163 brevets, vaincu par le lobbying de la SNCF et la création du TGV.



    L'Aérotrain. « Un avion prisonnier, volant sans ailes et au ras du sol », résumera l'inventeur. L'idée est simple : un train sur coussin d'air, qui glisse le long d'un rail unique en forme de T renversé. Le premier prototype est testé en 1965. L'année suivante, il dépasse les 200 km/h. Celle d'après, les 345 km/h. Le 22 juin 1969, une version de l'Aérotrain équipée d'une fusée d'appoint et de parachutes de freinage bat le record du monde de vitesse, à 422 km/h.


    Les efforts de Bertin finissent par payer : la DATAR a accepté de mettre quelques pépètes dans l'affaire, avec quelques investisseurs privés. L'engin a désormais une piste d'essai de 6 km dans l'Essonne, et une autre de 18 km dans le Loiret, censée s'intégrer, à terme, dans une future liaison Paris-Orléans. La société de l’Aérotrain de Bertin entreprend des études pour une bonne dizaine de pays, dont la Chine, le Japon, l’Argentine, le Brésil, la Corée du Sud, le Canada, l’Italie. Et vise, en France, un Paris-Lyon que l'engin effectuerait en un peu plus d'une heure.






    Damned. Tout ce que la SNCF compte d'ingénieurs corporatistes se met en branle. Idem chez Alsthom, le constructeur du TGV, alors encore en gestation. Pas question de laisser un inconnu venu du monde de l'aéronautique mettre la main sur le Paris-Lyon. Des mois de lobbying acharné plus tard, Bertin doit se rendre à l'évidence : les arguments des deux compères ont fait mouche. Jugé trop cher, trop bruyant, et trop consommateur d'énergie, le train sur coussin est écarté des projets de liaisons entre grandes villes.


    Reste une dernière chance pour Bertin : les liaisons de courte distance, type Orly-Roissy. Ou Cergy-La Défense, que l'ingénieur pense remporter avant qu'un Giscard à peine élu n'enterre définitivement le projet. Bertin n'y résistera pas : il meurt un an plus tard d'un cancer foudroyant. Toutes les recherches sur l'engin sont définitivement abandonnées en 1977.




    Que reste-t-il de l'aventure plus de trente ans plus tard ? Pas grand-chose. Les deux prototypes restants du train volant ont mystérieusement disparu dans deux incendies coup sur coup, en 1991 et 1992. D'aucuns évoquent des origines criminelles, surtout pour le deuxième. La voie d'essai du Loiret est toujours là, l'administration ayant jugé son coût de destruction prohibitif. L'excellent Jean-Bernard Pouy en a tiré une nouvelle plus que sympatoche, J'ai fait l'Aérotrain.


    Aux dernières nouvelles, EDF envisage d'utiliser la voie, située à cinq mètres du sol, comme support de panneaux solaires, ce qui ferait le plus gros site de France. L'ami Bertin doit s'en retourner dans sa tombe. Sur coussin d'air, évidemment.

    Jetez un oeil à ce montage d'un des nombreux fans de l'Aérotrain, ça donne une bonne idée de l'engin.



L'aerotrain
envoyé par SebMollier




Publié dans Gros bides

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

estella 15/11/2008 19:05

jean bertin un gènie

frederic 16/07/2008 17:23

ah les ingenieures français!Que du bon.Regarder aujourd'hui les allements ont un peut repris le concepte.On remplace le coussin d'air par le magnetisme et vous optenez le train a levitation.on faisant evoluer ce aerotrain on aurai peut etre pu l'inventer.

La Paje 12/06/2008 14:51

Pour avoir des racines à Orléans, je passe souvent devant la voie d'essai.

C'est tout bonnement infecte et rend l'endroit, déjà peu desservi par les champs de patate et de betterave, assez désolé.

Maintenant, je pourrai imaginer l'aérotrain dessus. Je crois que ça va définitivement améliorer ma vie. Merci So Biz !