Google m'a tuer (Live is Dead)

Publié le par GameTheory




a99dedbe-654b-11dc-acbc-000b5dabf636.jpg    La consécration pour une marque, c'est quand elle devient un nom commun. Quand on pense Kleenex plutôt que mouchoir en papier. Caddie plutôt que chariot. Kärcher plutôt que nettoyeur haute pression, -ou descente de CRS. Ca ne porte pas forcément bonheur - regardez la marque Frigidaire, créée en 1918 par General Motors pour sa gamme d'électroménager, tombée en désuétude en France, qui ne vivote plus qu'aux Etats-Unis et au Canada. Mais ça assure un taux de notoriété spontané proche de 100%. Le rêve du marketer. Le nirvana du pubard.

    Google a fait mieux :  le nom du groupe de Mountain View est entré dans le dictionnaire, en tant que verbe transitif. Pas étonnant : le moteur de recherche califonien affiche une part demarché supérieure à 85% en France, 56,5% aux Etats-Unis. Loin devant le vétéran Yahoo, qui perd régulièrement du terrain, ou des francs-tireurs comme Ask.com.

    Loin devant Microsoft, aussi. Seul Bill Gates et sa belle-soeur le savent, mais le géant du logiciel a son propre moteur de recherche. Il s'appelle  Live Search, le nouveau nom de MSN Search, et il mérite mieux que sa réputation chez les spécialistes. Le moteur est même plus performant et agréable que Google sur la recherche d'images, à mon humble avis. Sur les recherches de texte, les pontes de la Silicon Valley s'accordent à dire que Google est encore devant, grâce à un algorithme aussi secret que convoité, que les ingénieurs maison n'ont de cesse d'améliorer. Mais les énormes investissements de Microsoft ont permis une nette amélioration des résultats ces derniers temps. En France, Live est désormais au coude à coude avec Yahoo. Il serait temps, car la division internet de Microsoft affiche une perte de 734 millions de dollars en 2006.  Bah oui, quand on investit chez Microsoft, on investit.


    Seulement voilà, le géant de Redmond a un problème : sa marque Live. Qui ne pèse rien, ou presque. Et pour cause : cette marque ombrelle, qui se décline sur les services de mail (Windows Live Hotmail), messagerie instantanée (Windows Live Messenger) recherche (Live Search) et logiciels en ligne (Office Live) du groupe, n'a été lancée que l'année dernière. Pire, elle remplace une marque, MSN, qui avait  un taux de notoriété non négligeable, et qui était même passée dans le langage courant pour la messagerie instantanée. Le nom MSN est donc désormais réservé au seul portail de contenus, au grand désespoir. de nombreux cadres en interne qui s'étaient battus depuis des années pour imposer la marque. Résultat : le moteur Live Search, connu de sa mère -et encore- végète autour de 3,5% de part de marché en France, alors même que Hotmail et Messenger surpassent largement les offres concurrentes de Google, Gmail notamment.

    Même Steve Berkowitz, le nouveau boss de la division internet de Microsoft, débauché chez le concurrent Ask.com, n'est pas le dernier à pester en privé contre le nom de sa marque, qu'il a découvert à son arrivée dans la corbeille de mariée. Mais il est un peu tard pour rechanger de nom, le mal est déjà fait.

    Conclusion : Microsoft a flingué son moteur de recherche alors même qu'il investit énormément dessus, et et ses amis boutonneux de Google sont en train de le lui faire payer cher.  C'est quand même dur, le high tech.



Publié dans Up and down

Commenter cet article